Quand pouvons-nous photographier les Fleurs de Bach en fleurs ? Cet article n° 282 est d'actualité avec CHERRY PLUM et ses complices des premières heures ! A consulter ou relire : clic  

 

 

# 340 ème

>> Connaissez-vous mon tirage au sort pour gagner un entretien floral gratuit ? : clic

 

Pour ce nouvel article je vous propose le même petit jeu que celui du n°306 avec Patricia Kaas : clic

A QUELLE(s) FLEUR(s) de Bach pensez-vous en lisant ces textes ?


Aujourd'hui deux femmes engagées dans des causes humanitaires sont à l'honneur :

  • Natalia Vodianova : mannequin russe de renommée internationale et fondatrice de l'organisation caritative NAKED HEART*
  • Elise Boghossian : acupunctrice et fondatrice de l'association humanitaire ELISECARE* qui intervient en zone de guerre.

 

 

* * * * *

Natalia_Marie_Claire

Natalia Vodianova : clic
Interview dans le magazine "MARIE-CLAIRE" de janvier 2018 par Nicolas REY

 

Nicolas Rey : Enfant vous avez vécu dans la pauvreté. Est-ce que le fait d'avoir été pauvre rend plus fort par la suite ?

Natalia Vodianova : Evidemment. Plus sensible à la souffrance des autres, plus fière. Ca m'a rendu très résistante. Je ne me laisse pas abattre facilement. Je suis capable d'endurance plus que d'autres. Ce que ça m'a apporté, c'est au-delà de la force.

NR : Votre plus grande qualité ?

NV : J'ai les défauts de mes qualités : je ne renonce jamais, je ne regarde pas en arrière, je ne connais pas le regret. Antoine (Arnault) trouve que je prends les choses trop au sérieux.

NR : Pour vous la féminité c'est quoi ?

NV : La femme est toujours forte, elle n'a pas besoin de dominer les autres pour l'être. Elle n'a pas l'esprit de compétition. Voilà sa force.

NR : A quelle senteur êtes-vous la plus sensible ?

NV : J'adore l'odeur de la nature, de l'herbe, des arbres, des fleurs, l'air frais, l'extérieur, les montagnes, les champs, je me sens régénérée. Ma grand-mère enlaçait les arbres. Elle me demandait de le faire quand j'étais enfant. Je trouvais ça bizarre mais maintenant je comprends, on ressent beaucoup de pouvoir quand on enlace un arbre.

NR : Vous souvenez-vous du moment où vous êtes tombée amoureuse d'Antoine ?

NV : Ce n'est pas fini (...) ce sentiment continue d'évoluer avec les années, comme les racines d'un arbre qui s'enfonce de plus en plus profondément dans la terre. C'est une union incroyable qui me submerge. Mon amour pour lui est plus fort chaque jour.

 

 

 

 * * * * *

Elise Boghossian - Au royaume de l'espoir, il n'y a pas d'hiver.

 

Elise Boghossian : clic
Interview radiophonique : clic

(Citation extraite de son livre p.89 / je vous recommande sa lecture)

" Je crois qu'il y a deux risques de dérives dans l'humanitaire. D'une part, notre présence peut entraîner une dépendance, créer des besoins supplémentaires. Nous devons accepter les limites de notre action, et laisser à ceux que l'on vient aider leur autonomie, leur liberté et surtout leur dignité. Il faut les soutenir dans cette démarche. Et il est important de corriger le tir lorsque ça ne va pas. L'autre dérive est le rapport d'inversion entre notre besoin de reconnaissance, le fait que l'autre soit nécessaire au développement de nos potentialités, et le risque de ne pas le respecter dans sa différence, sa culture, son niveau de vie. Notre générosité instinctive peut entraîner une humiliation chez celui que l'on veut aider. Le plus important n'est peut être pas de donner, mais la manière dont on le donne." EB

 

Si vous voulez participer au jeu de la devinette, vos réponses sont à écrire en "commentaires".

 

 

  • Mots Clés : Citations, Eduquer la personne.

    * REFERENCES PAR ORDRE D'APPARITION

  • Naked Heart : Clic
  • EliseCare : Clic
  • Présentation du livre : "Au royaume de l'espoir il n'y a pas d'hiver - soigner en zone de guerre" : clic

 

 

Offrir une lumière particulière au passant, au croyant, au souffrant.

P_20170822_172410

Abbaye de Fontevraud (49) - église