Bonjour !

Depuis la panne générale de mon ordinateur je ne suis plus en mesure de créer et d'éditer mon goodie mensuel (et autres illustrations miniardises), ce qui explique l'absence du calendrier de "mars" dans la boite des Abonné(e)s. Alors pour le remplacer je vous propose un jeu :

" Gagner un entretien floral par téléphone "

Mon jeu est gratuit. Il s'adresse uniquement aux abonné(e)s de ce blog. Le 1er avril je tirerai au sort un numéro et je consulterai la liste des abonnées pour connaître la personne enregistrée sous ce même numéro. J'informerai (ce)tte gagnant(e) par e-mail.

 

 

# 338 ème


J
e profite d'une séance de kinésithérapie* pour demander l'auscultation d'un muscle supérieur de mon bras droit. Dans certaines positions il me fait mal. Sa douleur est débordante, aigüe et se manifeste par intermittences. Le thérapeute diagnostique une tendinite. Nous cherchons le facteur accidentel, je pense à une voie d'escalade en devers qui m'a demandé des efforts physiques importants comme d'aller chercher une prise supérieure rapidement pour ne pas tomber.

Le kiné me demande de ne pas arrêter mon entraînement mais de faire travailler mon muscle abîmé plus en douceur. La solution est de faire des voies un peu plus faciles sur des parois droites et de grimper moins vite. L'unique condition pour me faire grimper moins vite est que je grimpe en tête, ça veut dire que je m'assure au fur et à mesure de mon ascension ce qui crée un facteur risque dès qu'on dépasse la prise d'assurage. La longueur d'une chute est alors le double de la longueur de la corde jusqu'à votre point d'assurage (spit). Donc quand on grimpe en tête on se doit d'être prudent.

Il y a une quinzaine d'années, j'ai chuté de huit mètres ayant lâché le rocher quatre mètres au-dessus de ma dégaine. Depuis ce choc, sans blessures, j'ai toujours grimpé en moulinette, une autre façon de s'assurer qui minimise les conséquences d'une chute.

La proposition du kiné pour guérir ma tendinite devenait un réel challenge à relever : dépasser mon stress !

 

1/ Rescue à mon secours !

A la 1ère séance je n'en menais pas large :/ mais j'ai gardé le cap de ma décision et j'ai pris 8 dégaines que j'ai accrochées à mon baudrier. Je grimperai en tête. Avec mon partenaire nous avons choisi une voie facile et avant de m'encorder j'ai ingéré 4 gouttes de RESCUE. Pour ne pas reculer devant ma difficulté j'ai demandé à grimper immédiatement et après avoir regardé la ligne de la voie j'ai repris 4 gouttes de RESCUE et j'ai commencé mon ascension. Plus je montais, plus le vide se faisait sous moi et plus j'aurais du être dans le stress et le besoin de m'accrocher au plus vite au point d'assurage supérieur. Ce n'est pas le scénario qui s'est passé. RESCUE a profondément modifié mon état de stress. J'ai ressenti un immense courage face à mon défi (Rock Rose), puis un sentiment de calme a envahi mes pensées et mon corps. J'étais focalisée sur mes mouvements, les prises à mes alentours, je ne me préoccupais ni du bas ni du très haut, uniquement de mon environnement proche, de la réalité accessible (Clematis). J'avançais lentement et sûrement, sans aucune précipitation (Impatiens), mon mental et mon physique n'étaient plus sensibles à la mémoire du choc de ma chute (Star of Bethleem) ; 2 mètres avant l'arrivée j'ai vu la difficulté qui m'attendait cependant j'ai gardé le contrôle de mon esprit (Cherry Plum) et mes pensées sont restées constructives ce qui m'a permis de finir la voie en confiance.

J'étais fière de moi et pleine de gratitude pour ces essences florales qui ont apaisé mon état de stress initial et m'ont soutenue dans mon challenge. Durant la soirée j'ai ainsi escaladé plusieurs voies en tête prenant, par la suite, du RESCUE uniquement quand j'en ressentais le besoin, mon flacon était dans une poche de mon short.

 

 

2/ Soins physiques : pommade aux Fleurs de Bach et autres traitements

J'ai déjà soignée une tendinite en 15 jours avec des bains d'eau chaude salée trois fois par jour mais là, sa localisation corporelle ne me permet pas de pratiquer ce soin. Je tente ces autres actions :

  • tous les matins : un cataplasme d'argile*
  • ensuite j'applique une crème maison avec des essences florales*
  • dans l'AM et en fin de journée je me masse avec des Huiles Essentielles : GAULTHERIE et EUCALYPTUS CITRONNE
  • le soir et parfois le matin je fais une séance BEMER* pour améliorer la circulation sanguine des tissus musculaires
  • matin, midi et soir : 3 granules homéopathiques RUTA GRAVEOLENS 4CH

 

 Ma recette de crème traitante selon l'approche de Ricardo OROZCO*

Dans un petit récipient j'ai versé une cuiller à soupe de gel ALOE VERA bio + 1 goutte de chaque fleur de Bach :

  • VERVAIN : inflammation, rigidité, douleur irradiante
  • ELM : douleur débordante (le mouvement des dernières longueurs)
  • STAR OF BETHLEEM : choc et traumatisme
  • ROCK WATER : rigidité, inflexibilité (mental perfectionniste, s'en demander tjs plus)
  • VINE : en soutien de VERVAIN
  • AGRIMONY : torture

 

Deux semaines plus tard :

J'ai pratiqué deux séances d'escalade et je n'ai ascensionné qu'en tête. RESCUE m'aide désormais ponctuellement quand un passage difficile met mon mentale en stress. J'ai pris conscience que ce sont mes pensées négatives qui bloquent la confiance en mon corps. Le fait d'être assurée uniquement par moi-même a changé ma façon de grimper : je regarde mieux les prises disponibles, mes mouvements sont plus lents et moins dans l'effort ce qui me permet de garder un stock d'énergie. J'emprunte la voie d'une autre façon et je me sens plus en relation avec elle. A chaque réussite, mon niveau de confiance augmente.
Bilan : cette tendinite est une aubaine pour me faire retrouver le véritable esprit de l'escalade.

Grâce aux soins quotidiens mon tendon n'est plus rigide, la douleur est amoindrie et plus diffuse dans le muscle. J'attaque ma troisième séance de kiné. L'objectif est de ne pas laisser traîner le symptôme.

 

 

* * * * *

En forme grâce à l'argile de Cécile Baudet *
EDITIONS TERRE VIVANTE (extraits)

La tendinite

L'argile qui convient pour soigner la tendinite est L'ILLITE.

" Mode d'emploi : 4 fois par jour, on emploiera des cataplasmes juste chauds (ne jamais faire bouillir l'eau) de 2cm d'épaisseur sur la zone douloureuse. On étendra largement le cataplasme alentour pour favoriser la détente des tissus et leur réparation douce. Le cataplasme sera retiré dès qu'il commencera à refroidir. Entre les cataplasmes, la zone continuera d'être couverte chaudement."

 

 

  • Mots Clés : Application locale de Fleurs, Association Fleurs et Homéopathie, Chronique, Comment agissent les Fleurs en nous ?, Complexes secours/urgence, Fabrication d'une crème traitante maison, Rescue ; Système de santé complémentaire, Temps de réaction des Fleurs ; Confiance, Corps, Crises, Emotions, Loisirs, Mental, Peur/Angoisse, Stress ; Choc/trauma, Douleur, Physique, Tendinite ; Argile, Bemer, Homéopathie, Huile Essentielle, Kinésithérapie.

    * REFERENCES PAR ORDRE D'APPARITION

  • Renvoi à l'article sur une déchirure musculaire : article 334
  • Articles sur RESCUE : TAG
  • Articles avec le soin Bemer : Clic
  • Ouvrage de Ricardo OROZCO : Clic Z'annexes
  • Ouvrage de Cécile BAUDET : Clic
  • Fabrication de crèmes traitantes maison : eczéma 1 ; bilan eczéma 1 ; maux de jardinage ; eczéma 2 ; poussée psoriasis ; douleur dans le dos ; déchirure musculaire

 

 

Quand le tendon s'inflamme !

P_20170930_133956

Palmier à Antibes