Le choix du nouvel article est simple : laisser la place à l'actualité !!!

 

# 221 ème

 

Problème dentaire qui nécessite la prise d'un ANTIBIOTIQUE CHIMIQUE (extrait de pépins de pamplemousse) auquel j'ai associé de la LEVURE pour minimiser les conséquences sur ma flore intestinale.

Malheureusement au bout de quelques jours ce fut la galère du côté de ma flore vaginale qui a commencé à me brûler (mais pas de gratouillages cette fois-ci, quelle chance !). J'avais un OVULE GYNECOLOGIQUE en stock que j'ai utilisé le soir-même et dès le lendemain matin je me suis soignée avec de la CREME RESCUE. Ce n'est pas la première fois*, alors je connais les différentes étapes ...

Je ne suis pas bien inspirée pour une illustration "maison" (ahahah AS) :lol!:
Restons donc dans le VAGUE et le CLASSIQUE !

 

Crème Rescue Pompier

 

RESCUE CREAM :

  • IMPATIENS : a une action sur la sensation de brûlure
  • CRAB APPLE : a une action purifiante
  • STAR OF BETHLEEM : a une action pour le choc physique
  • LE MELANGE ORIGINAL : a une action sur le stress

 

Application manuelle de la crème sur mon corps :

Je prends une bonne quantité pour bien badigeonner. J'en dépose à l'intérieur du vagin et sur les lèvres. Puis je mets un mouchoir en papier sur le fond de mon slip pour protéger le sous-vêtement.

Au contact de la crème, ma peau réagit en "chauffant fort" puis la douleur se calme pour disparaitre complètement après quelques minutes. Au 3ème jour, elle est presque inexistante, sachant que la RESCUE CREME sur une muqueuse fine en bonne santé peut picoter de toute façon ! Le soir du 3ème jour, re-soin avec le 2ème ovule gynécologique. Je continuerai avec les Fleurs.
Je n'en prends aucune oralement parce que je n'en ressens pas le besoin.

 

Sur une idée d'Anne-So
Quelles Fleurs pourraient aider contre les désagréments de l'antibiotique ?
(vos propositions en commentaires)

  • BEECH : pour la réaction intolérante (irritation/intolérance)
  • WALNUT : pour permettre une meilleure adaptation au corps
  • WALNUT : pour l'action de se protéger d'une influence/agent extérieur
  • CENTAURY : pour développer sa force d'opposition (faiblesse/soumission)
  • CRAB APPLE : pour ne pas se sentir pollué(e) par l'antibiotique
  • STAR : pour éviter le choc, le traumatisme
  • HORNBEAM : pour l'affaiblissement de la zone
  • LARCH : pour l'incapacité à lutter par manque de confiance en ses moyens
  • CHESTNUT BUD : dans le cas où le scénario se répète

 

 

Et vous, avez-vous des trucs santé naturels à nous partager sur ce brûlant sujet ?

 

  • Mots Clés : Application locale de Fleurs, Crème Rescue, Système de santé complémentaire, Corps, Mycose vaginale, Ovule gynécologique
  • Autre article sur la mycose vaginale* : 154

 

Tulipes, marionfleurs

 

* * * * * * * * * * * * * * * * 

Information du site : doctical.com

Une mycose vulvo-vaginale peut être déclenchée par la prise d’antibiotiques. Pourquoi ?

Les antibiotiques passent dans tout l’organisme jusqu’au vagin.
Quand on prend un antibiotique en comprimés, ou bien en injection, le produit actif passe dans la circulation sanguine et diffuse ainsi dans tout le corps. Y compris dans la zone génitale. Ainsi, si vous prenez un antibiotique, que ce soit pour une angine, un abcès dentaire, pour une infection urinaire ou une pneumonie, l’antibiotique circule dans toutes vos artères et arrive dans la zone vulvo-vaginale.

Les antibiotiques détruisent les bonnes bactéries de la flore vaginales.
Une fois arrivés dans la zone vulvo-vaginale par la circulation sanguine, les antibiotiques détruisent les bactéries présentes. Ils détruisent ainsi la flore vaginale bénéfique, c’est-à-dire les lactobacilles, encore appelée la flore de Döderlein. Ces bacilles amis du vagin servent de protection contre les bactéries agressives (pathogènes) et contre les levures à l’origine des mycoses vaginales. Alors, dès que ces bacilles de Döderlein sont éliminés par l’antibiotique, la voie est libre. Et les candida albicans se précipitent pour occuper le terrain sur la surface du vagin et s’y multiplient. Elles déclenchent une mycose vaginale.

L’antibiotique, ça n’est pas automatique !
Les antibiotiques augmentent considérablement les risques de mycoses vulvo-vaginales. Aussi avant de commencer un traitement antibiotique, faut-il se poser la question : ce traitement est-il indispensable ? En effet, c’est dommage, pour soigner une maladie, d’en déclencher une autre. Alors, si vous êtes sujette aux mycoses vaginales, parlez-en systématiquement à votre médecin qu’il prenne cette sensibilité en cause avant de vous prescrire un traitement.

 

Information du site : allodocteurs.fr

La réponse du Dr Hélène Jacquemin Le Vern, gynécologue-sexologue :

"Les mycoses, les Candidas Albicans, le plus souvent les champignons se développent quand cette flore est détruite, entre autre, par les antibiotiques. La meilleure chose, si vous avez remarqué que vous êtes sensible à ça, c'est que lorsqu'un médecin vous prescrit des antibiotiques, vous demandiez tout de suite un traitement avec un ovule et de la crème à utiliser en fin de traitement et puis si ça récidive, il faut parfois rééquilibrer la flore vaginale avec des petites gélules qui contiennent du bacillle de Doderlein absolument indispensable pour la flore vaginale."